Pendant longtemps j’ai subi. Pendant longtemps je me suis conformée à ce que l’on attendait de moi. Pendant longtemps je me suis éloignée de moi-même. Et peut-être aussi des autres.

Parce que c’est vrai : pour s’affirmer, il faut un peu de courage. Il faut arriver à faire ou à dire malgré la peur. Mais pour avoir du courage, il faut de l’énergie. Et l’énergie, lorsque l’on subit, ce sont les autres qui nous la prennent.

Alors c’est tellement plus facile de céder. Quand je cède je reste dans ma zone de confort. Et j’économise mon énergie (de toute façon je suis obligée j’en ai presque plus).

Et puis c’est aussi tellement sécurisant parfois de se laisser guider par les autres. De suivre. Après tout, les autres ils sont forts eux ! ils sont confiants eux ! Ils ont toutes ces choses que je n’ai pas !

Sauf qu’au bout d’un moment, des mois qui passent, des années, je ne sais plus qui je suis, ce dont j’ai envie, je suis fatiguée, je m’endors. Je vis comme un automate, un peu à côté de ses pompes (je sais pas si un automate a des pompes d’ailleurs…)

J’observe les autres, je les regarde agir, vivre…. et je me demande « mais comment font-ils? D’où leur vient cette énergie? comment peut-on avoir autant d’assurance? de liberté d’être?

Et je me trouve des excuses. Parfois des bonnes. Parfois de moins bonnes. Un jour je m’occuperai de moi. Un jour, quand les enfants seront grands, quand j’aurai un meilleur job, quand… heu… un jour !

Et puis de toute façon, je ne me changerai pas! Je suis dévouée aux autres depuis que je suis toute petite! A 5 ans déjà je m’occupais super bien de mes poupées !

Ma vie, mon bonheur c’est peut-être ça finalement? M’occuper des autres, me consacrer au bonheur des autres…

Et le mien dans tout ça? Ben ….heu….. sais pas faire!

Puis des événements, des déclics, des rencontres… font que je décide de me reprendre en main. Parce que ma vie, j’en suis seule responsable. Et mon bonheur, si je ne me le fabrique pas moi-même, personne ne le fera à ma place.

Et le bonheur, et bien ça s’apprend. Si si!

Il faut juste de l’honnêteté envers soi-même, et accepter de bousculer nos certitudes, et les croyances qui nous plombent!

Prendre soin de soi , exploiter ses talents, faire respecter ses besoins, vivre avec ses émotions sont des apprentissages qui ne nous ont pas été enseignés à l’école et qui sont pourtant indispensables à une vie épanouie.

Cesser de subir, libérer son pouvoir d’agir.

Il est temps, à tout âge, de s’y mettre! Moi c’était à 40 ans!

Et toi? Quand vas-tu commencer?

Tu ne sais pas par où commencer? Je te propose de découvrir mes ateliers qui te permettront de poser le premier petit pas, ou de me contacter.

Cet article t’a plu? Laisse moi des commentaires.

Tu veux échanger avec moi ? Envoie moi un message

christelcoachnimes@gmail.com

Catégories : Article

4 commentaires

DG · 23 juin 2019 à 22 h 09 min

C tellement important de se connecter à soi même et si dur par moments…je suis sûre que des outils sont les bienvenus dans ces cas là.
Merci pour ce partage riche, humain et sincère !

    Christel · 24 juin 2019 à 17 h 23 min

    Oui ce n’est pas toujours facile de se connecter à soi-même. On est trop habitué à agir en fonction des autres. Peur de leur jugement. Et puis les habitudes; Mais à partir du moment où l’on prend conscience, les choses peuvent évoluer (on ne peut changer que ce dont on a conscience!). On peut tous changer, et à tout âge! et oui, il existe des outils qui aident. Alors courage et confiance!

      Gavroche · 29 juin 2019 à 16 h 41 min

      Merci Christel pour ce beau billet de blog ! 🙏🙏🙏
      En effet, il n’est jamais trop tard pour initier le changement et oser être soir, malgré la peur de l’inconnu, de sortir du moule, du regard des proches…

      Fanny · 25 juillet 2019 à 22 h 23 min

      Merci pour tout , j’apprends à être enfin moi même , et c’est vrai que je retrouve mon énergie même si ça prend du temps. Ce fameux lâcher prise ! Gratitude 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.