Etre vulnérable est-ce être faible ? La vulnérabilité est-elle de la fragilité ? 

Pour t’en sortir, sois fort mon fils, sois courageuse ma fille 

Et si la force et le courage c’était d’abord celle de reconnaître nos imperfections ? de lâcher nos certitudes ? d’accepter de ne pas tout maîtriser ? de prendre le risque de se tromper ? de prendre le risque de ne pas plaire ? de décevoir ? de ne plus être aimé ?

Tout cela demande bien plus de courage et de force que de jouer et faire semblant. Faire semblant avec soi-même, faire semblant avec les autres. C’est plus facile mais c’est se priver d’une partie de soi.  C’est se regarder dans le miroir en voyant quelqu’un d’autre. C’est mettre une dissonance qui barre l’accès à ce qu’il y a de plus puissant, de plus brillant, de plus vivant : l’individu unique et extraordinaire que la nature a créé pour chacun d’entre nous.

Pour être heureux, sois vulnérable mon fils, sois imparfaite ma fille ! 

C’est ça le courage. C’est ça la force. Véritable. Puissante.

Ne pas chercher à être quelqu’un d’autre pour pouvoir honorer qui l’on est vraiment.

Accepter ce qui est, et ce sur quoi nous n’avons pas de prise.

Aimer nos défauts nos incertitudes nos doutes.

Se rapprocher de soi

Se rapprocher des autres

Et accéder à sa propre lumière.

Gratitude à Brene Brown, travailleuse sociale et chercheuse en sciences humaines, à qui j’ai emprunté le titre de sa superbe conférence TedX que je vous recommande.

Catégories : Article

1 commentaire

Julie · 12 février 2020 à 17 h 44 min

pas facile d’être vulnérable quand on a beaucoup de responsabilités et que tout le monde compte sur vous. On se dit qu’on a pas le droit de craquer, ou de dire qu’on est fatigué. Mais lire votre article m’a fait du bien. Il arrive à point nommé! merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.